News

  • A L’ouest du jourdain
    18/05/2017

    Un film de Amos Gitaï

  • La planète des singes, berceau de la lignée humaine
    16/04/2017 (Sud-Ouest Dimanche)

    Les hominoïdes Pierola, Toumaï, Homo naledi et Homo erectus, mis en scène dans le film « Premier homme », sont autant de jalons de notre longue histoire.

    Les origines de l’homme font l’objet d’une quête incessante qui conduit parfois à parler de «guerredel’os».Tous les ans ou presque, une nouvelle découverte, ainsi celle d’Homo naledi en septembre 2015, force les paléoanthropologues à confronter leurs hypothèses et réviser leurs schémas. Depuis longtemps, on sait que l’homme ne «descend» pas du singe mais que leur ascendance est commune. Et on a délaissé l’idée d’une claire succession d’espèces pour adopter un schéma « buissonnant » où elles coexistent en foule à l’instant T : certaines se prolongent, d’autres pas, et elles finissent toutes par disparaître, sauf la nôtre ...

  • M6. «Premier Homme» : nos ancêtres étaient comme ça...
    04/04/2017 (Le Parisien)

    Avec son documentaire événementiel «Premier Homme», la Six nous invite à un fabuleux voyage dans le temps, à la découverte de nos ancêtres. Un périple plein de surprises.

    Quatorze ans : un clin d'oeil à l'échelle de l'espèce humaine. Une révolution pour l'anthropologie. La vision de nos lointains ancêtres n'a cessé d'évoluer. Vous aviez adoré «l'Odyssée de l'espèce», docu-fiction de référence diffusé sur France 3 en 2003 ? Oubliez tout. «Premier Homme», qui suit une famille au fil des millénaires, remet les pendules à l'heure, et nous montre, en remontant aux pierolapithèques — il y a quelque 13 millions d'années — que «ce qui fait de nous des hommes et des femmes est beaucoup plus ancien qu'on ne l'imaginait», avertit le paléoanthropologue Pascal Picq, conseiller technique du film.

    Ils riaient ! Leur vie n'était peut-être pas drôle tous les jours, mais les pierolapithèques savaient se détendre. «Ça peut surprendre, concède Pascal Picq. Sauf que les orangs-outans ou les chimpanzés, avec qui nous partageons un ancêtre commun, riaient. Nous faisons donc l'hypothèse que pierola riait lui aussi.» Ils riaient peut-être... Mais les premiers hommes étaient aussi violents, nous montre le documentaire, qui n'élude pas des scènes assez crues, comme celle d'un meurtre et d'un viol. Attention aux jeunes spectateurs.

    Ils parlaient ! Là aussi, information surprenante, les pierolapithèques avaient beau davantage ressembler à de grands singes qu'à des humains d'aujourd'hui, ils parlaient. Et leurs descendants, dont Toumaï, l'une des vedettes de «Premier Homme», encore plus. «Pour reconstituer le langage des pierola, nous nous sommes inspirés des vocalises des gibbons, détaille Pascal Picq. Pour Toumaï, nous avons fait un mélange avec les chimpanzés.» «Pour les Homo naledi ( NDLR : nouvelle espèce découverte en 2015), nous avons travaillé avec une linguiste sud-africaine spécialiste des langues premières et de l'apparition du langage chez les bébés», complète la productrice Patricia Boutinard Rouelle.

    Toi homme ! Eh oui mesdames, vous n'êtes considérées comme le sexe faible que depuis 7 ou 8 millions d'années, «après un coup d'Etat des mâles», révèle Pascal Picq. Jusque-là, et comme c'est toujours le cas chez les singes actuels sauf les chimpanzés, «ce sont les femelles qui vivaient ensemble et contrôlaient leur territoire. Les mâles devaient migrer pour intégrer de nouveaux groupes». Un phénomène très bien expliqué dans la première histoire racontée par «Premier Homme».

    Sacrés crocs ! Non, l'homme préhistorique n'avait pas d'infâmes chicots. Au contraire... Les stars de «Premier Homme» enverraient illico les dentistes au chômage. «Ils avaient une denture beaucoup plus solide que la nôtre, rigole Pascal Picq, et comme ils ne buvaient pas de sodas ni ne mâchaient de chewing-gum, elle s'abîmait moins... Ce ne sont que les vieux qui avaient des dents en mauvais état.» Nos ancêtres étaient d'ailleurs bien plus costauds que nous. «Aux Jeux olympiques, face à nous, les Cro-Magnon auraient remporté les épreuves haut la main !»

    «Premier Homme», de Frédéric Fougea et Jérôme Guiot. Suivi à 22h55 de «Sur les traces du premier homme», documentaire, lui sans fiction, revenant sur les espèces humaines décrites dans «Premier Homme».
    «Premier Homme» est aussi décliné en livres signés Pascal Picq. L'un s'adresse aux enfants dès 8 ans (Flammarion, 15 €). L'autre en dit plus sur les «héros» du programme (Flammarion, 29,90 €).

    Une reconstitution soignée à 4 M€

    À documentaire exceptionnel, moyens exceptionnels. Pour «Premier Homme», la productrice Patricia Boutinard Rouelle a réussi à dégager un budget de plus de 4 M€, récoltés lors d'un «marathon de quatre ans». En plus de M6, premier partenaire financier, la productrice a parcouru le monde pour trouver des fonds en Chine, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Suède, en Norvège et en Belgique.

    Un grand effort a été apporté au scénario des différentes histoires racontées, avec notamment le conseil technique du paléoanthropologue Pascal Picq. Pour les effets spéciaux et les maquillages, les réalisateurs Frédéric Fougea (qui a signé «le Plus Beau Pays du monde» 1 et 2 pour France 2) et Jérôme Guiot, qui ont tourné en Afrique du Sud, sont allés chercher un expert canadien, Adrien Morot, dont les talents avaient été utilisés sur les films «The Revenant» ou «X-Men : Days of Future Past».

    Les rôles ont été confiés à des acteurs et athlètes sud-africains, affublés de masques en silicone extrêmement fins nécessitant quatre heures de pose et deux de dépose !
    Le Parisien

    Voir l'article sur leparisien.fr

  • L'Enfance de l'humanité
    03/04/2017 (Sud Ouest)

    Il a fallu quatre ans de travail pour produire ce « Premier homme (1), diffusé demain soir sur M6. Ce nouveau docu-fiction sur les origines de l’humanité est ambitieux : actionner la machine à remonter le temps de 13 millions d’années et recréer la « planète des singes », où coexistaient des centaines d’espèces d’hominoïdes et dont est issue la lignée humaine, bien avant notre dernier ancêtre commun avec le chimpanzé.

  • Article C21 International
    01/05/2014 (C21 International)

    Attracted by the numbers, private channels are starting to test the documentary waters. M6 commissioned a couple of high-end docs, including Nilaya Productions’s CGI docudrama First Man, which aims to tell the story of mankind, from ape to homo sapiens. « DTT channels have embraced, the CNC reform is very positive with production values ans sophisticated narratives », says Patricia Boutinard-Rouelle, former long-time director of France Télévision’s documentaries who set-up Nilaya Productions three years ago. 
    « Overall, despite the funding problems, French documentary is not doing that badly compared with other countries. The public channels have renewed their commitment to the genre, which has show nit can bring family audiences together. And the fact M6 is taking the risk of inverting First Man is a good signal. » 

    Frédéric Fougea, head of boréales and also involved in First Man, says : « With Wild France, it was the first time natural history, which is usually schedule in daytime, reached audience levels above those drama. 

    This is a good news for the entire documentary industry. »

  • Reals Screen Magazine / MIPTV Picks 2014
    21/03/2014 (Reals Screen Magazine)

    In August of 2009, the Swiss government handed over to the U.S. Congress the names of 4,500 American tax evaders who had been using offshore bank accounts. After UBS banker Bradley Birkenfeld told the IRS how the bank came to the U.S. to entice its rich to use its asset management services to the tune of some US$20 billion, the veil of secrecy surrounding the long-time tax haven was blown off. This documentary brings together lawyers, bankers and politicians who were immersed in the scandal as it happened to reveal how the world woke up to the costly realities of tax fraud. 

  • M6 sonde l'homme de la préhistoire
    03/07/2013 (Ecran Total)

    La chaîne a annoncé son entrée de plain-pied dans le domaine du doc de création avec "Premier Homme, la nouvelle histoire de nos origines", l'un des projets les plus ambitieux présentés au Sunny Side.

    Premier homme, la nouvelle histoire de nos origines, qui sera décliné en 90' (2X45' pour la version internationale), a un budget de l'ordre de 5M€. Il a été commandé par Anne-sophie Larry, directrice des magazines et des documentaires de M6. "Cela a pris une demi-heure pour qu'ils prennent la décision, après qu'on leur a présenté le projet, s'émerveille encore la productrice Patricia Boutinard Rouelle, de Nilaya.

    Premier homme... sera réalisé par Frédéric fougea, qui en cosigne le scénario avec Alain-Michel Blanc et Stéphanie Valaotto, et produit par sa société Boréales, en coproduction avec Nilaya. Premier homme... bénéficie d'une coproduction avec M6, la société autrichienne Terra Mater et la RTBF, en association avec la chaîne norvégienne NRK. Le distributeur international n'a pas encore été choisi. "C'est typiquement un programme qui peut trouver une grande partie de son financement à l'international, affirme Anne-Sophie Larry. Nous menons la même politique qu'en fiction, avec XIII et le Transporteur". Bien qu'elle se refuse à en révéler le montant, l'implication financière de M6 serait conséquente.

    Il y a une dizaine d'années, l'Odyssée de l'espèce, réalisé par Jacques Malaterre, avait eu un énorme succès d'audience sur France 2 : près de 9 millions de téléspectateurs. Mais, depuis, la science a fait d'importantes découvertes qui modifient la vision de nos origines. "Il y a dix ans, on situait l'ancêtre commun au singe et à l'homme à 5 millions d'années, explique Patricia Boutinard Rouelle. Maintenant, on remonte à 15 millions d'années. Et notre conseiller scientifique, Pascal Picq, est à la fois spécialiste d'éthologie et de paléontologie". "C'est un documentaire blue chip: universel, au financement international et innovant", poursuit-elle. 

    "Nous allons utiliser la technique du "head replacement" utilisée par Weta, la société d'effets spéciaux de Peter Jackson, sur la "Planète des singes, les origines", révèle Frédéric Fougea, qui est en train de monter son long métrage (coproduit par M6 Films), "Pourquoi j'ai (pas) mangé mon père", une version comique de nos ancêtres préhistoriques, avec Jamel Debbouze.

    Livraison en 2015

    "On capte l'intégralité de la morphologie des comédiens. La précision va jusqu'aux pores de la peau. Avec un logiciel spécial, on adapte le corps au squelette et à ce que l'on sait des différents stades de l'évolution. Mais le personnage garde ses traits spécifiques, comme la couleur des yeux, les expressions. C'est l'acteur qui joue mais grâce au logiciel, on le convertit en singe".

    Le documentaire va utiliser le mode narratif et raconter la vie et l'évolution d'une même famille d'il y a 15 millions d'années (les grands singes mesuraient alors 3 mètres de haut et vivaient sous un régime matriarcal), jusqu'à homo sapiens il y a 1,5 millions d'années.

    Les deux mois de tournage (en HD) auront lieu en février et mars 2014, en Afrique et en Chine. Le tournage en 4K est toujours en discusssion, car il augmente les coût de 15% à 20 %. La livraison est prévue pour 2015. M6 aurait encore deux autres projets dans les tuyaux pour 2014.

  • CCTV-9 exprime son intérêt pour Premier Homme
    03/07/2013 (Ecran Total)

    L'édition 2013 du marché international du documentaire a été marquée par une meilleure dynamique économique et la présence des délégations chinoise et brésilienne, très actives.

    La délégation chinoise comptait plus de 60 professionnels. Par ailleurs, Liu Wen, directeur général de CCTV-9, la chaîne chinoise dédiée au documentaire était l'invité spécial du Sunny side. L'évenement a été l'occasion pour CCTV-9-qui, depuis son lancement le 1er janvier 2011, a fait de la coproduction internationale un de ses axes forts (elle travaille avec BBC, France televisions, Discovery Channel...)- de "nouer des contacts français et de rencontrer d'autres partenaires internationaux", a précisé Liu Wen. Lors, de Sunny Side, la chaîne a exprimé son intérêt pour des projets, dont "Premier Homme, la nouvelle histoire de nos origines", produit par Nilaya Productions et Boréales.

  • "Guerre d'Algérie , la Déchirure ", lauréat au PriMed 2013
    21/06/2013

    "Guerre d'Algérie, la déchirure" de Gabriel le Bomin et Benjamin Stora a reçu le Prix à la diffusion attribué par TV5 Monde.

  • Nilaya Productions explore tous les genres du doc
    18/03/2013 (Satellifax)

    NILAYA/BOREALES : un docufiction de 90', Premier Homme, en développement pour M6. Selon nos informations, la société Nilaya Productions de Patricia Boutinard Rouelle développe pour M6 son premier docufiction sur les origines de l'humanité. Intitulé Premier Homme, ce 90' évoquera la vie humaine de -15 millions d'années à Homo Sapiens. Ce projet sera coproduit par Boréales, la société de Frédéric Fougea. Ce dernier en sera le coscénariste au côté de Stéphanie Valloatto et Alain-Michel Blanc. Pascal Picq, paléoanthropologue et maître de conférences au Collège de France, assurera la direction scientifique. financé à 60% sur le marché international, ce docufiction sera aussi coproduit avec la société canadienne Ideacom International (Josette Normandeau). Le tournage est prévu en fin d’année. Ancienne directrice de l’unité Programmes documentaires de France Télévisions, Patricia Boutinard Rouelle, alors à France 3, avait donné son feu vert pour la production en 2003 du premier docufiction sur les débuts de l’humanité, L’Odyssée de l’espèce, produit par 17 Juin Média avec Transparences Productions. Boréales avait pour sa part produit les deux volets suivants (Homo Sapiens et le Sacre de l’homme) pour France 2